De plus en plus de jeunes souffrent de problèmes d’audition

Mise en ligne le 15/03/2019 à 08:34
De plus en plus de jeunes souffrent de problèmes d’audition

Cette année, la Journée nationale de l’audition (JNA) a eu lieu le 14 mars. Son but est de sensibiliser les gens aux conséquences liées aux troubles auditifs et de les inciter à effectuer des dépistages régulièrement quel que soit leur âge. A l’occasion de cette journée, un sondage réalisé auprès des jeunes a soulevé leur manque de connaissance par rapport à l’importance d’une bonne santé auditive.

           Des problèmes auditifs qui apparaissent prématurément

Les jeunes, notamment les 15-17 ans, souffrent de plus en plus de problèmes d’audition. Cela est principalement dû à l’écoute prolongée et à des niveaux sonores abusifs de musique sur leurs smartphones, tablettes ou ordinateurs. Cependant, la plupart sous-estime l’importance de bénéficier d’une bonne santé auditive, au risque de devoir porter des appareils auditifs dans le futur bien plus tôt que leurs aînés.

D’après l’enquête menée par JNA-Ifop, si les jeunes ne prêtent pas attention à leur ouïe c’est parce qu’ils se sentent peu, voire pas du tout concernées par les problèmes liés à celle-ci. Ainsi, 89% des jeunes âgés entre 15 et 17 ans considèrent que son audition est bonne ou très bonne même si 70% avouent avoir parfois des difficultés à suivre des conversations à cause du bruit environnant. Enfin, 65% disent avoir déjà eu des acouphènes, soit 9% de plus qu’en 2018.

           Des jeunes peu concernés par leur audition

Ce même sondage révèle que 86% des interrogés estiment que bien entendre influe sur le moral, 78% sur le niveau de stress et 54% sur le sommeil. Or, chez les 15-17 ans ces proportions sont bien plus faibles : 66%, 63% et 35% respectivement.

Afin d’accroître leur conscience concernant l’importance d’une bonne santé auditive, lors de cette 22ème édition de la JNA, une campagne de dépistage a été lancée au niveau national ainsi que de nombreux points d’information visant à répondre aux interrogations des Français sur leur capital auditif.