La télémédecine poursuit son développement

Mise en ligne le 06/03/2019 à 08:39
La télémédecine poursuit son développement

La télémédecine reste une pratique très marginale malgré les avancées technologiques. Pourtant, celle-ci permet de suivre les signes vitaux en temps réel ou bien d’effectuer des consultations à distance, ce qui peut s’avérer très pratique lorsque notre commune ne compte avec aucun médecin à proximité ou ne nous pouvons nous déplacer.
 
Les technologies « wireless » (sans fil en français) sont en train de bousculer l’ordre habituel des choses. En effet, elles font sortir les soins des hôpitaux en permettant aux médecins de mesurer des facteurs tels que le rythme cardiaque, la pression artérielle ou encore la température d’un patient à distance.
 
La télémédecine peut se présenter sous plusieurs formes : du simple appel via Skype à l’utilisation d’une cabine équipée d’une multitude d’outils adaptés aux soins optiques et auditifs. Cela permet donc de réduire les délais d’attente chez les praticiens lorsque nous avons besoin d’une paire de lunettes ou d’un appareil auditif.
 
            Une pratique qui se démocratise petit à petit

 
Ces dernières années, la télémédecine a connu des nombreuses évolutions. Désormais elle ne se limite plus aux simples échanges vocaux et vidéo entre un patient et un médecin, comme il a été montré la semaine dernière au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone.
 
Bien que son adoption reste encore mineure et s’effectue de manière lente, nombreux sont ceux qui pensent que la télémédecine a déjà fait ses preuves et que bientôt elle dépassera les visites physiques dans des pays comme les Etats-Unis. De plus, l’arrivée de la 5G ouvrira un nouveau champ de possibilités qui se traduiront par la réalisation d’opérations chirurgicales par des bras robotisés commandés à distance, ce qui pourra être vital dans les pays en voies de développement.
 
Si cela peut sembler tout droit sorti d’un fil de science-fiction, des essais ont d’ores et déjà été effectués, notamment lors du MWC. En effet, la toute première opération monitorée utilisant la 5G a été réalisée par un praticien espagnol lors de cet événement. La qualité de l’image ainsi que la rapidité obtenues grâce à cette avancée technologique réduisent grandement les risques d’erreur.
 
Le recours à la télémédecine ne saurait tarder à se répandre même si un certain nombre de personnes préfèreront toujours se faire soigner « en présentiel ». La question est alors de savoir si les consultations à distance seront prises en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles santé