Le selfie inciterait à la chirurgie esthétique

Mise en ligne le 30/08/2018 à 06:33
Le selfie inciterait à la chirurgie esthétique

La démocratisation du selfie n’est plus à prouver. Mais ce que l’on ignore c’est que ce phénomène impacte depuis quelques temps le domaine de la chirurgie esthétique.

L’apparition des selfies a été suivie par la création de nombreux filtres, notamment Snapchat qui gomment les défauts du visage ou agrandissent les yeux. Les photos sont donc ultra retouchées et ne correspondent pas à la réalité.
Or, selon une étude, la très grande popularité des selfies et des filtres aurait une incidence sur la demande de chirurgie esthétique. Aux Etats-Unis, certains praticiens esthétiques précisent que la majorité de la demande (55%) consisterait à réaliser une intervention chirurgicale pour améliorer l’apparence dans les selfies. On retrouve ainsi de nombreuses demandes de rhinoplastie, d’injections ou de remodelage du visage.

Les selfies provoquent chez certaines personnes une véritable addiction à la chirurgie esthétique.
En France, le phénomène inquiète également. La demande de chirurgie esthétique a fortement progressé avec l’influence des réseaux sociaux. Les utilisateurs des réseaux s’identifient à cette fausse image qu’ils ont d’eux même et se sentent valorisés. Pourtant la réalité n’est pas celle-ci, ce qui peut dans certains cas intensifier un complexe physique et donc inciter ces personnes à opter pour la chirurgie esthétique.

Pour faire face à ce phénomène, les chirurgiens esthétiques prennent plus de temps en consultation pour percevoir une certaine fragilité psychologique chez la cliente. Si tel est le cas, de nombreux praticiens décident de ne pas pratiquer d’intervention.